Le massacre du printemps

« Désormais quand règle le bouton de la machine à laver sur 30 degrés je pense au peu de drame que je m’évite. Bien peu de drame »

Une pelouse verte, des transats, un emballage rose bonbon. Une femme passe, parle, s’évanouit. Son passé cogne à la porte du présent. Il ranime le souvenir d’une mère et d’un père emportés par la maladie. Le papier rose est lacéré. Apparaissent un lit d’hôpital et des infirmières. Avec cette fiction bouleversante, Elsa Granat ne verse pas de larmes. Au pathos, elle préfère le rire, même cruel, et fait surgir par bribes : ici le quotidien d’un personnel médical débordé, là les doutes d’une cancérologue arrogante, ailleurs la révolte de l’orpheline. Des mots très justes sont posés sur la maladie, le deuil, reçus cinq sur cinq par le public, littéralement happé. On rit, souvent, d’un rire maladroit qui aide à retenir ses larmes. Qu’est-ce qu’on fait quand on est malade, quand on est médecin, quand on est un proche ? Comment fait-on avec toute cette douleur, cette solitude, ce vide à venir ? Un très grand moment où la sensibilité, l’intelligence et l’émotion nous traversent.

Générique

Texte et mise en scène 
Elsa Granat

 

Dramaturgie 
Laure Grisinger 

 

Avec 
Antony Cochin, Elsa Granat, Clara Guipont, Laurent Huon, Edith Proust, Hélène Rencurel 

 

Lumières 
Véra Martins 

 

Son 
Antony Cochin et Enzo Bodo 

 

Costumes 
Marion Moinet 

 

Régie son 
Julien Crépin 

 

 

Production
Compagnie Tout un Ciel

 

Avec le soutien de la SPEDIDAM, du Studio Théâtre dAlfortville, du Théâtre Antoine Vitez dIvry, des Studios de LOdeon, et du Centquatre-Paris

Anciennes
dates

6 au 18 mars 2017 – Théâtre-Studio dAlfortville

du 06 au 24 Juillet 2019 – Théâtre du Train Bleu (Avignon)

du 11 mars au 3 avril 2021 – Théâtre Paris Villette

8 avril 2021 – Théâtre de Rungis

23 avril 2021 – Théâtre de la Manekine